Sur la Terre comme au Ciel

Avez-vous lu l’encyclique « Laudato si » du pape François ? Je n’hésite pas à poser la question car ce texte (paru le 24 mai dernier) constitue un événement sans précédents non seulement pour le sujet traité (l’avenir de la planète vu par le regard du croyant) mais aussi pour sa simplicité et sa force spirituelle.

Jamais je n’avais compris à quel point les enjeux écologiques et sociaux étaient liés, à quel point la santé en péril de la Terre était liée à la santé dégradée de nos systèmes idéologiques, politiques et économiques.

La Conférence des Nations sur le Climat qui doit prochainement se réunir à Paris ne pouvait pas trouver meilleure base de travail pour sa recherche d’accords universels sur la question des déchets et de la pollution. Mais les ambitions de ce livre dépassent largement ce sujet pour aborder ceux ce la dégradation de la condition humaine sur terre, des inégalités sociales, du scandale des nations riches qui pillent les nations pauvres et gaspillent sans scrupules.

Dans ce « climat » (!), les chrétiens ont une voix à faire entendre par leur témoignage de vie :

  • Rappeler dans notre relation à la nature, aux « fruits de la terre » que la création (et ce qu’elle nous offre) est à tous et que nous n’en sommes que les dépositaires ;
  • Rappeler par notre regard sur les autres l’égale dignité de tous les hommes, quelle que soit leur origine.
  • Nous rappeler nous-mêmes que nous ne sommes que de passage sur la Terre et que nous sommes responsables de ce que nous transmettrons aux générations à venir.

Noël approche. Si nous, chrétiens, continuons sans sourciller de faire le jeu de la société de consommation dans nos pratiques alimentaires ou dans le choix de nos achats de cadeaux — rien que cela —, c’est Dieu lui-même que nous défigurerons, lui qui nous a donné la terre non pour en abuser mais pour en jouir, et qui a même choisi de venir l’habiter en son Fils incarné.

P. Rémy