Semaine missionnaire mondiale du 15 au 21 octobre 2018

La semaine missionnaire est l’occasion de prier pour les missions de l’Eglise dans le monde, ainsi que de s’interroger sur sa propre vocation à participer à ces missions écclesiales.  « Tu n’as qu’une vie : mets-la à profit ».

La DCC recrute des volontaires !

Depuis 50 ans, la Délégation Catholique pour la Coopération est le service du volontariat international de l’Église en France. Elle soutient les projets de développement de ses partenaires du Sud par la mise en place de missions de volontariat de 3 mois à 2 ans. Elle accompagne ainsi chaque année près de 500 volontaires dans 50 pays, dans tous les types de métiers (enseignants, ingénieurs, médecins, comptables, animateurs…) et dans tous les domaines de développement (rural, santé, social, environnement…).

Célibataires, couples ou familles peuvent candidater au volontariat DCC.  En mettant leurs compétences au service des plus pauvres, ils vivent une expérience humaine, professionnelle et spirituelle unique. Ils sont envoyés par l’Église comme témoins du Christ et deviennent acteurs de paix et de fraternité.

Le volontariat est ouvert à toute personne, de 18 à 75 ans, disposant d’une compétence professionnelle. Si vous êtes vous-mêmes intéressé par le volontariat ou si vous connaissez des jeunes qui se posent la question d’une mission à l’étranger, rendez-vous sur notre site ladcc.org.

Des anciens volontaires se trouvent dans votre paroisse et seront ravis de pouvoir échanger avec vous sur leur mission .
Tiphaine et Vianney Gremmel sont partis au Tchad de 2011 à 2013 avec la DCC et sont toujours bénévoles pour l’association.
Vianney : « J’ai exercé mon métier d’informaticien dans un centre d’information et de documentation tchadien. Il s ‘agissait entre autres de mettre en ligne la législation tchadienne afin que tous aient accès aux lois. Ce sont deux années qui ont vraiment changé ma vie, même si cela peut paraître cliché de le dire : c’est une expérience profonde. »
Tiphaine :  » Pendant deux ans j’ai travaillé au service de l’Icam pour contribuer à former en Afrique des ingénieurs africains… C’était passionnant car, au Tchad, j’ai pu assister à la naissance d’une classe moyenne, des ingénieurs ravis de leur travail pour leur pays et pour leur famille. Je garde encore au Tchad des amis et des attaches, et je sais que les rencontres et les apprentissages de ces deux années ont contribué à me changer, moi aussi ! ».
N’hésitez pas à les contacter : tiphaine.et.vianney@gmail.com – 06 51 78 37 78.