Semaine de l’unité des Chrétiens

Au moins une fois par an, tous les chrétiens sont invités à se remémorer la prière de Jésus à ses disciples pour que tous soient un, afin que le monde croie (cf. Jean 17,21). C’est ce qui se vit lors de la Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens.

A Madagascar, les catholiques ont régulièrement des échanges avec les protestants. Il faut savoir qu’il y a autant de catholiques que de protestants dans le pays. Dans chaque village, il y un temple et une église. Et les deux confessions collaborent toute l’année : fête nationale, funérailles, mariages, événement particulier dans une paroisse… Il n’est pas rare qu’au sein d’un couple ou d’une famille, catholiques et protestants vivent ensemble. Lors de la Semaine de l’Unité, les paroissiens alternent chaque jour les temps de prière en se rendant ensemble au temple et à l’église.

Dans notre diocèse de Nantes, notre communauté malgache continue dans cette démarche. Nous nous retrouvons au moins deux fois par an ou plus pour vivre cet œcuménisme : lors de la fête nationale de Madagascar le 26 juin, lors de la semaine de l’unité au mois de janvier, lors d’un événement spécial touchant notre pays d’origine ou l’un des membres de notre communauté. Quand nos rencontres se déroulent à l’église St Georges de Nantes, nous côtoyons alors la communauté orthodoxe dont la belle église de bois est voisine.

Les cœurs sont touchés et les chrétiens se rassemblent pour prier pour leur unité. Dans le monde entier, des communautés et paroisses échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et des services de prières.

Dans un pays comme la Roumanie, pays de ma belle-fille où vivent de nombreux hongrois, catholiques, protestants et orthodoxes se côtoient régulièrement dans la vie de tous les jours et, par amitié et fraternité, participent aux célébrations et temps de prières des uns et des autres. Je sais même que dans un petit village où habite un pasteur protestant, celui-ci prend en charge parfois les enfants catholiques pour la catéchèse lorsque le prêtre, chargé d’une paroisse très étendue, ne peut pas venir l’assurer.

Traditionnellement, la Semaine de prière est célébrée du 18 au 25 janvier, entre la commémoration de la confession de foi de saint Pierre et celle de la conversion de saint Paul. Dans l’hémisphère Sud, où janvier est une période de congés, les Églises trouvent souvent un autre moment pour la célébrer, par exemple aux alentours de la Pentecôte, qui est aussi une date symbolique pour l’unité.

Ici, à Vallet, il n’y a pas de temple pour vivre facilement cet échange de temps de prière en se déplaçant d’un lieu à l’autre. Mais même à l’intérieur de notre église nous pouvons prier plus précisément pendant cette semaine pour l’unité des chrétiens. Et si dans votre entourage vous connaissez des personnes protestantes ou orthodoxes, pensez à leur souhaiter une bonne semaine et dites leur que vous les portez dans vos prières. Car nous sommes tous frères d’un même Père qui est Dieu.

Gérard RANDRIAMANTSOA,
Diacre permanent