Réflexions sur l’avenir…

Comment comprendre ou tout au moins essayer d’approcher tous ces évènements récents qui nous parviennent par les  médias (radio, télévision, presse) ? Et comment se faire une idée juste de tout cela, en accord avec une certaine éthique et en accord avec ma foi en Dieu, en accord avec ma foi en  l’homme ?

Il est probable que la poussée des migrants va se poursuivre et peut-être s’amplifier. Des populations entières se mettent en marche vers l’Europe, à la recherche d’une vie meilleure. Dans sa diversité, il y a ceux qui fuient les guerres, ceux qui peinent à vivre dans des pays sous-développés, viendront peut-être des réfugiés climatiques chassés par la sécheresse où le manque de nourriture. Comment arrêter un tel déplacement de personnes ? Et vers quelles régions du globe les orienter ? Nous n’en savons rien !

On ne peut pas accueillir toute la misère de monde dans un pays où la situation en matière de pauvreté et de précarité, d’emploi et de marché économique a été rarement aussi préoccupante. La question reste posée, la réponse est simple comme le mot : « PARTAGE »

Le niveau de vie que nous connaissons ne peut pas être celui de tous les hommes de notre terre. Les ressources de la planète n’y suffiraient pas. La conférence mondiale sur le climat (cop 21) qui se tiendra à Paris en décembre, devra nous donner le sens que l’on souhaite donner à notre avenir. N’oublions pas que des populations souffrent de notre développement, qu’elles nous envient de vivre si agréablement et qu’elles acceptent de moins en moins de telles différences au point de crier à l’injustice.

Une autre solution serait le développement de ces pays où vivent ces populations afin que chaque homme, chaque femme, chaque enfant puissent vivre dignement là ou il est né. Cette alternative va devenir une obligation. Pouvons-nous revoir notre développement, notre niveau de vie et peut être les diminuer pour permettre la croissance des pays sous développés ? Ce  serait un effort considérable qui n’a jamais été réalisé mais qu’il faut envisager dès maintenant. Il en va de la survie de notre monde.

L’ONU, qui fête ses 70 ans d’existence à défendre la Paix, avait déjà fixé les objectifs du millénaire :

  • Réduire l’extrême pauvreté et la faim
  • Assurer l’éducation primaire de tous
  • Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes
  • Réduire la mortalité infantile 
  • Améliorer la santé maternelle
  • Combattre les maladies
  • Assurer un environnement humain durable 
  • Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

On ne peut pas, non plus, occulter les interventions militaires au Moyen-Orient. Chacun cherchant à se justifier. Les historiens  expliqueront demain l’attitude de chacun. Mais pourquoi des populations accueillent-elles Daech en libérateur ? Pourquoi Daech est-il rejoint par des combattants du monde entier et même des européens ? Et pourquoi la violence se propage-t-elle ainsi ?

La guerre n’est jamais la solution parce qu’elle est impossible à maitriser et pousse à commettre des actes inhumains. Si nous pouvons constater que l’Histoire se répète, il est bien difficile d’enrayer cet éternel recommencement. Ces religions peuvent y parvenir parce qu’elles sont majoritairement tolérantes. L’écoute de l’autre et de ce que l’autre peut apporter à la recherche de la Paix est le seul moyen pour maitriser et anéantir tout acte d’intolérance. Jean Paul II a ouvert une brèche dans la tentation des religions à se suffire à elles-mêmes avec le dialogue interreligieux d’Assise. Les fruits de cette rencontre devraient inviter la famille humaine à l’unité et à la Paix.

Le responsable américain chargé de contrer les messages islamiques a déclaré récemment : « Les jeunes qui se tournent vers l’état islamique cherchent des réponses à des questions fondamentales sur la foi, la loyauté, la citoyenneté. Nous devons en donner. L’état islamique a rempli un vide. Nous avons pêché car nous avons sous estimé la valeur des idées. »

Demain sera fait de notre capacité à nous remettre en cause et du dialogue entre les peuples dans la recherche de la Paix et de l’épanouissement de chaque être humain

Ou demain ne sera pas…

Pierre-Yves CAILLAUD