LES IMPRESSIONS D’UN CURE…

Avec l’été qui approche, je vois se terminer ma première année comme curé de la paroisse et à cette occasion, je me permets de vous partager des joies, des peines et des questions.

Des joies. Celles de servir cette paroisse ! Elle est riche de talents, de belles personnes, aimantes, dévouées, généreuses, visibles ou cachées… Elle rassemble des disciples du Christ, de toutes les générations, qui le cherchent, qui le prient, qui le servent dans leurs frères, qui l’aiment et veulent le faire aimer. Elle ne s’installe pas dans la routine (« on a toujours fait comme ça »), mais elle a le souci de se renouveler et d’oser des changements pour vivre la mission.

Je remercie en particulier l’Equipe d’Animation Pastorale pour son dynamisme et leur investissement ; nous avons pu travailler, ces derniers mois, plusieurs projets importants pour les années à venir (en particulier dans les parcours de préparation au Baptême et à la 1ère des Communions).

Des peines. Celles de vos épreuves, que je partage avec vous : deuils, séparations, maladies, chômage, solitude… Avec p. Dominique et p. Serge, nous portons tout cela dans nos rendez-vous quotidiens de prière commune (la Liturgie des Heures et la Messe)…

J’éprouve aussi de grandes peines quand je sens des divisions dans la paroisse ; des regards de travers entre nous, des médisances, des jugements, des soupçons, des jalousies, des barrières… Ces souffrances de pasteur sont celle de Jésus ; j’aimerais vous demander, à chacun, de les porter avec moi…

Je m’inquiète aussi de ceux qui ne trouvent pas leur place dans la paroisse, se sentent mal à l’aise, blessés ou oubliés. Je m’inquiète aussi d’en être parfois la cause. Plusieurs fois cette année, j’ai dû demander pardon à tel ou telle. Mais, comme chacun de nous, je ne vois pas toujours mes torts (merci de me les montrer… gentiment !)

Des questions. Je me souviens avoir demandé à plusieurs personnes, en juillet dernier, « qu’attendezvous d’un curé ? »… Cette question je vous la repose à tous aujourd’hui ; car il faut accepter que ce ne soit pas comme il y a 20 ou 50 ans…

Mais peut-être pouvons-nous plutôt nous poser la question : « qu’est-ce que nous attendons de la Paroisse ? ». Ou mieux encore : « qu’est-ce que le Seigneur attend de notre Paroisse ? ». Ce peut-être un devoir de vacances ! J’écouterai ou lirai volontiers vos réponses !, que vous pouvez aussi adresser aux membres de l’Equipe d’Animation Paroissiale, pour aider nos réflexions et nos travaux au service de la vigne du Seigneur.

Bon été.

p. Stéphane