C’est les vacances !

Alors que les uns et les autres font déjà leurs petits sacs pour prendre la route des vacances, d’autres préfèrent sortir leurs canapés dans les petits jolis jardins aménagés autour de leurs maisons, en dessous des framboisiers (attention aux piqûres), des pêchers, des pommiers, des cerisiers, … pour contempler enfin la beauté et la tendresse de la nature, et de son Créateur. De leurs jardins ils accompagnent les vacanciers par un regard tendre et miséricordieux, comme celui du Père qui, « du Ciel, regarde la terre » (Ps 101, 20).

Les uns et les autres nous nous accompagnons parce que, peu importe nos lieux de vacances, nous sommes et restons les membres d’un même Corps (le Christ – Eglise). Cette sollicitude de chacun pour tous soutiendra nos diverses missions là où nous serons pour que la gloire de Dieu s’y révèle. Car, nos vacances sont aussi, en quelque sorte, une sortie missionnaire pour partager la joie du Christ avec les périphéries.

Là, nous serons toujours en union les uns avec les autres. Je vous propose une prière (personnalisable) d’un sage que j’ai lu au passage et qui m’a édifié. C’est un moyen surnaturel discret mais efficace, source de communion et de charité, parce que œuvre de l’Esprit Saint. A prier le matin ou le soir, qu’importe, à chacun son heure, mais toujours dans un même élan d’esprit : Mon Dieu, aide-moi à dire la vérité en face des hommes et à ne pas mentir pour m’attirer les applaudissements. Si tu me donnes de l’argent, ne me prends pas mon bonheur, et si tu me donnes la force, ne m’enlève pas mon pouvoir de raisonner. Si tu me donnes le succès, ne m’ôte pas l’humilité, et si tu me donnes l’humilité, ne m’ôtes pas ma dignité ….

En plus, ne permets pas que j’accuse mes adversaires d’être traîtres parce qu’ils ne partagent pas mon point du vue. Enseigne-moi à aimer toujours. Ne me laisse pas m’enivrer par le succès si je l’atteins, ni me désespérer si j’échoue !

Laisse-moi la force de volonté pour pouvoir vaincre l’échec et remplis-moi du don de la santé.

Unis mon cœur au tien, tendre et miséricordieux. Si je fais du tort à quelqu’un, donne-moi la force de demander pardon. Et si un me fait du tort, donnes-moi la force du pardon. Il me reste une chose : mon Dieu, si je t’oublie, Toi, ne m’oublie pas ! Amen, ALLELUIA. Père Antoine DUNIA